J’ai toussé, pleuré, éternué, craché . . . pourquoi ? pour avoir oublié d’ouvrir la fenêtre de la cuisine pendant que je nettoyais les piments nécessaires à la préparation de cette confiture. Les piments, qui viennent de mon potager, sont très "hot" et il m’en fallait 20. Ce n’est qu’ au 16eme piment que j’ai réalisé mon erreur . . . donc ouverture en grand de ma fenêtre !

Ce fut la première leçon.

Le soir, une fois la confiture mise en pots, je monte me coucher. Et là, les mains commencent à me brûler. Une douleur du bout des doigts au poignet, comme si j'avais mis mes mains dans le feu. Insupportable !

Après avoir essayé la Biafine – sans résultat -,  l’huile essentielle de lavande – sans résultat –, je me décide à enfiler mes mains dans des gants de toilette mouillés et à attacher des sacs plastiques autour, pour ne pas tremper le lit pendant la nuit. A ce moment, mon mari rentre dans la chambre et me demande "Oh, chérie, un nouveau jeu ?" . . . je pense que mon regard était assez clair car il n’a pas continué . . .

Les gants mouillés ne faisant aucun effet, je suis passée à l’étape supérieure : la bassine d’eau froide. Je me suis donc assise dans le lit, une bassine remplie d’eau coincée entre mes jambes, les mains barbotant dedans. Au bout de 10 minutes, il me fut clair que ça ne pouvait pas fonctionner sur la durée. Entre temps, il était minuit, je tombais de sommeil, j’étais prête à m’arracher la peau des mains, et j’avais de sérieuses envies de meurtre à l’encontre de mon mari qui ronflait comme un bienheureux à côté . . .  

J’avais tout de même appris deux choses, l’humidité associée au froid était bénéfique et calmait la douleur.

J’ai donc récupéré tous les glaçons du congélateur que j’ai réparti en deux sacs plastiques. Un pour chaque main, que j’ai glissée ensuite dans un gant de toilette mouillé puis à nouveau dans un sac plastique. Ce qui m’a demandé un certain temps à réaliser comme vous pouvez l’imaginer . . . En tout cas, 45 minutes plus tard, j’étais dans mon lit avec l’équivalent d’un ballon de rugby sur chaque main mais au moins JE DORMAIS !!

C’e fut la deuxième leçon.

 

On récapitule : lorsque vous préparez des piments, aérez la pièce et portez des gants ! ! !

Heureusement que la recette en valait la peine.

Bon, à moins d'être un grand amateur de sensations extrêmement fortes dès le réveil, je déconseille de l'étaler sur vos tartines du petit déjeuner . . .

Par contre, elle fait merveille :

- ajoutée à une sauce tomate

- mélangée à du peanut butter et tartinée sur des blancs de poulet cuits au four

- associée à de la pulpe de tomate pour un chutney vite-fait

- utilisée dans tous les woks végés ou pas

- en marinade de steaks pour un BBQ

- dans une soupe façon thaïe ou pas

- avec des oeufs au plat

 . . . laisser courir votre imagination !

 Plusieurs ingrédients étant introuvables dans mon coin, je les ai remplacés par d’autres que je jugeais équivalents, ils sont signalés entre parenthèses.

 

Et, cela ne vous a sûrement pas échappé, mais nous sommes le 1er lundi du mois. C’est donc le jour du . . . MMM  organisé par Chris.

Un titre s’est imposé à moi pour résumer ma folle nuit brûlante  : Fever de Peggy Lee !

La vidéo date de 1958, la qualité n'est donc pas très bonne mais la voix et les claquements de doigts de Peggy donnent tout de même la chair de poule . . . and what a lovely way to burn !!!

 

 

chili jam2

 

 

Confiture de piments

(modifiée à partir de Chili jam – Donna Hay)

Pour 2 pots

- 125 ml d’huile de cacahuètes (huile de sésame grillé)

- 2 CS d’huile de sésame grillé

- 20 piments rouges, en gros morceaux

- 4 oignons rouges en morceaux

- 12 gousses d’ail pelées

- 6 racines de coriandre (10 graines de coriandre)

- 50 gr de gingembre frais pelé et en morceaux

- 125 ml de vinaigre de malt (vinaigre de cidre)

- 125 ml de fish sauce

- 60 gr de pulpe de tamarin (dissous dans 2 CS d’eau chaude)

- 265 gr de sucre de palme en poudre

- 220 gr de sucre blanc

 

Dans une poêle, chauffer à feu vif 2 CS d’huile de sésame. Ajouter les piments et les faire sauter, en remuant souvent pendant 8 à 10 mn. Ils doivent être bruns dorés.

Dans le bol d’un blender, mettre les piments, l’ail, les oignons, la coriandre, le gingembre et mixer jusqu’à ce qu’une pâte souple se forme (au Thermomix : 1 mn – vit 8).

Chauffer à nouveau la poêle, à feu moyen avec 3 CS d’huile. Y ajouter la pâte de piments et cuire une douzaine de minutes en remuant. La pâte de piments doit être dorée et parfumée.

Ajouter le vinaigre et la fish sauce. Bien mélanger.

Ajouter la pulpe de tamarin et les sucres. Porter à ébullition.

Une fois l’ébullition atteinte, baisser le feu et laisser mijoter une grosse demi-heure. La confiture doit être épaisse et brillante.

Verser dans des bocaux. Recouvrir d’huile. Fermer les bocaux. Se conserve dans un lieu frais et sombre. Le pot, une fois ouvert, se conserve au réfrigérateur.

 

 

 

chili jam1

 

 

 

 

Peggy Lee - Fever

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.