Lorsque ma maman raconte une histoire, elle a l’habitude de la commencer au moment des dinosaures et de la finir à l’ère actuelle. Un exemple, si elle a rencontré une ancienne amie en faisant ses courses, elle va débuter l’anecdote  par l’année de construction du magasin et dérouler la chaîne logique responsable de la rencontre de cette personne à cet endroit, à ce moment-là ! Et je n’exagère qu’un tout petit peu . . .

Aujourd’hui, je vais donc faire comme ma maman (Ne dit-on pas telle mère telle fille ?) et vous raconter l’histoire de cette recette. Vous avez un peu de temps, j’espère ?

Décembre 2010, nous avions prévu de passer les fêtes en Afrique du Sud. Nous avions tout planifié sauf  . . . la météo. Le jour de notre départ, il y a eu une tempête de neige exceptionnelle à Francfort. Aéroport fermé à 90%, notre vol Marseille/Francfort a été annulé et le Francfort/Cape Town est parti sans nous. Notre vol n’a été rétabli que 3 jours  après. Trop tard pour notre séjour. Ce fut un Noël frustrant et frustré.

J’ai donc tout organisé à nouveau pour un départ, cette fois-ci, en août. Au moins, on limitait les risques de chute de neige. Tous les hôtels et chambres d’hôtes ont été compréhensifs (le fait que cette tempête de neige avait été dans leurs infos nous a un peu aidé quand même) et ont accepté de « glisser » nos réservations 8 mois plus tard.

Août 2011, nous voilà donc - enfin -  en Afrique du Sud. Un des plus beaux voyages que nous avons faits. Le pays est absolument magnifique avec des paysages à couper le souffle. Et en respectant un minimum de règles de sécurité ou simplement de bon sens, on peut rencontrer partout des personnes  accueillantes et d’une grande gentillesse. Nous n’avons vu qu’une toute petite partie du pays (il fait quand même 2 fois la France !) mais je rêve d’y retourner un jour et de mieux le connaître.  

Bref. Dans une librairie de Cape Town, je feuilletais un livre de cuisine (ça vous étonne ?) et je tombe sur une recette de poisson cuit dans une sauce tomate épicée. Non pas une recette sud africaine  traditionnelle, mais appartenant à la communauté juive originaire de Tripoli ayant émigré en Afrique du Sud dans les années 30. La photo de la recette était absolument alléchante et je me suis promis de faire plus de recherches, une fois rentrée à la maison. Oui. Sauf que j’avais perdu le bout de papier où j’avais inscrit le nom de cette recette . . . Quelques années plus tard, j’achète le livre d’Ottolenghi/Tamimi "Jerusalem" et là, page 235, LA recette du poisson en sauce chraimeh ! LA recette ! Comme quoi, il suffit parfois d’avoir un peu de patience . . . et de chance.

Voilà, vous savez tout sur l’histoire de cette recette ! Je ne suis pas remontée à l’époque des dinosaures mais presque . . .

Et le plus beau dans tout ceci, est que cette recette valait tout ce détour car elle est délicieuse ! La sauce tomate est très parfumée, quasi hot. Le poisson cuit ainsi reste tendre. Un régal ! J’ai modifié quelques ingrédients et surtout, j’ai multiplié la quantité de sauce par deux car délicieuse à saucer . . .

Et cela ne vous a sûrement pas échappé mais nous sommes le 1er lundi du mois d'avril. Ce qui déclanche ma participation au MMM n° 58 organisé par Chris. Cette fois-ci un tube de 1988 Womack et Womack "Tearsdrops". En préparant ce message, j'apprends que le duo n'était pas constitué, comme je l'ai toujours cru,  de Bobby et Linda Womack mais de Cecil et Linda. Cecil étant le frère de Bobby*. On en apprend tous les jours ! Et vous savez quoi ? Cecil Womack est décédé (RIP) en 2013 en Afrique du Sud !! Si ce n'est pas un clin d'oeil du hasard, ça !

 

 

poisson sauce chraimeh 2

 

 

 

poisson sauce chraimeh

 

 

Poisson sauce chraimeh

Pour 4 personnes

- 4 steaks de saumon ou un poisson blanc, assez épais et ferme

- 12 gousses d’ail, grossièrement haché

- 4 cc de paprika doux

- 3 cc de grains de grains de cumin

-  ½ cc de poivre de cayenne

- ½ cc de cannelle en poudre

- 1 CS de chili jam

- 300 ml d’eau

- 300 ml de coulis de tomates

- 1 CS de concentré de tomates

- le jus d’1/2 citron

- huile d’olive

- farine

- 1 petit bouquet de feuilles de coriandre grossièrement hachée

 

Dans une sauteuse avec couvercle, faire chauffer un filet d’huile.

Verser un peu de farine dans une assiette creuse, saler et poivrer. Fariner les steaks de poisson puis les secouer pour enlever l’excédent. Saisir le poisson dans l’huile chaude pendant 2 à 3 mn de chaque côté. Ils doivent être juste dorés. Réserver.

Essuyer la sauteuse avec un papier absorbant.

Placer l’ail, les épices, la chili jam et 2 CS d’huile dans un blender et mixer jusqu’à obtenir une pâte homogène. Si elle ne se fait pas, ajouter un peu d’huile.

Verser un filet généreux d’huile dans la sauteuse, faire revenir la pâte d’épices pendant 30 sec à 1 mn. La pâte doit sentir "chaud" mais pas brûler. Ajouter l’eau, le coulis de tomate (Attention, ça va gicler !!!) et le concentré. Remuer. Porter à ébullition et ajouter le jus de citron, sel et poivre. Ajouter alors les steaks de poisson. Porter à ébullition. Couvrir et baisser le feu. Laisser cuire de 7 à 11 mn suivant l’épaisseur du poisson.

Arrêter la cuisson. Ôter le couvercle. Ajouter les feuilles de coriandre. Déguster soit chaud soit à température ambiante. Accompagner de couscous ou de riz sans oublier le pain pour saucer . . .

Régalez-vous !

 

Cuisiné en écoutant :

Womack & Womack - Teardrops

 * Je pars du principe que tout le monde connaît Bobby Womack !

 

 

 *

 

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.