Try this !

01 février 2016

Salade Waldorf et MMM n°44

Aaaah, les repas de famille ! On les aime et on les redoute ! Les occasions d'être tous ensemble sont rares  et cela fait toujours du bien de se retrouver. C’est qu’il y a tellement de nouveaux ragots, nouvelles informations à échanger. Et parler, ça fatigue, il faut donc manger pour recharger les batteries ! Et là réside LE problème car de midi à 18h (durée habituelle d’un repas de famille chez nous), on peut en manger des choses ! Généralement, ensuite, on rentre - on "roule" devrais-je dire -  chacun chez soi  avec un grand désir de silence et d’abstinence alimentaire . . . Alors nous nous sommes attaquées au problème. Comme il est impossible de réduire la quantité de plats partagés (ah non !), on essaie "d’alléger" chaque plat. C’est ainsi que, devant apporter, lors du dernier grand repas de famille, un petit apéro, j’ai pensé à une salade Waldorf présentée en verrine.  Cette salade crée fin du 19e à l’hôtel Waldorf de New York, est d’abord un plaisir pour les yeux. Elle surprend ensuite par le sucré/salé de ses ingrédients. Bon, d’accord, il y a un peu de mayonnaise mais pas détectable au goût. Aucune obligation donc de la mentionner . . .

Pour une présentation en verrines, j’ai coupé tous les ingrédients en petits bouts pour les manger facilement avec une cuillère. Pour une présentation normale,  en salade, les bouts peuvent être plus gros.

Cette salade est meilleure mangée fraîche.

La vraie salade Waldorf est composée de noix. Je la préfère avec des noisettes . . .

 

Et nous sommes le 1er lundi du mois. C’est donc le jour du MMM organisé par Chris et nous en sommes au 44eme. Ce mois-ci je vous propose un "jeunot" de 25 piges : Tiggs da Author. Pratiquement inconnu en France, il commence cependant à bien percer en Angleterre. Son premier single "Georgia" est un petit bijou entre soul et hip hop. En plus de son sourire ravageur (mais je m'égare . . .), sa voix particulière accroche l’oreille et vous risquez de garder un bon moment en tête le "you got me singing G-G-G-G-Georgia" ! Pas besoin de me remercier . . .

 

salade waldorf

Salade Waldorf

Pour 12 verrines

- 500 gr de pommes vertes avec peau

- 1 cœur de céleri coupé en rondelles de 0.5 cm d’épaisseur + quelques brins pour décorer

- 50 gr de noisettes grillées (noix) concassées + en garder un peu pour décorer

- 150 gr de mayonnaise (maison, c’est le top !)

- 2 CS de jus de citron

- 1 petite laitue

- sel&poivre

 

Couper la pomme en petits dés. Arroser de citron, ajouter 1 CS de mayonnaise. Mélanger et laisser reposer 1/2 heure.

Ajouter le reste des ingrédients. Saler et poivrer. Mélanger soigneusement.

Dans chaque verrine, déposer une feuille de laitue. Répartir la salade. Décorer avec les brins de céleri et un peu de noisettes conservés. Servir.

 

Régalez-vous !

 

 

Tiggs da Author - Georgia

 

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

 

Posté par Wenniroc à 19:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 janvier 2016

Daube de sanglier

J'ai toujours considéré les chasseurs comme des "choses" brutes de décoffrage. Une espèce à part avec laquelle je n’ai - et ne veux absolument pas avoir quoique ce soit de commun. Je les évite même. Et puis, récemment, nous avons fait la connaissance de Christian. Un chasseur avec un cœur gros "comme ça", plus proche de la chanson de Delpech que du sketch des Inconnus.  Toujours prêt à aider,  à dépanner si vous avez un souci. Il connait les collines comme sa poche, le nom des végétaux, comment les soigner . . . C’est un régal de l’entendre parler. Bref, un ovni parmi les chasseurs du coin !

Mais il reste chasseur et l’autre jour, sachant que je n’avais jamais mangé de sanglier, il m’en a offert un rôti et une daube. Je l’ai remercié chaleureusement tout en me demandant bien ce que j’allais pouvoir en faire . . .  En ouvrant le sachet, je fus d’abord surprise. Je m’attendais à une viande mature, de couleur sombre et de parfum fort. En fait, pas du tout. La viande de sanglier est d’un beau rouge vif et de parfum léger. J’ai fureté sur internet pour avoir plus d’info. J’y ai découvert que les recettes de daube de sanglier étaient proches de celles de bœuf. La différence étant le temps de macération (48 heures) et de cuisson (5 heures). Le résultat : un plat très gouteux et une viande si tendre qu’on pouvait la manger à la cuillère. Nous nous sommes régalés !  

Je ne vais pas changer d’avis sur les chasseurs mais cette petite entorse à mes principes était, ma foi,  fort délicieuse. . .

 

 

daube sanglier 3

 

 

 

Daube de sanglier

Pour 6 personnes

- 1.5 kg de daube (dans le gigot)  de sanglier coupée en gros morceaux de 3 cm de côté

Pour la marinade :

- 1 l de bon vin rouge

- 3 gousses d’ail pelées, coupées en 2

- 1 oignon coupé en morceaux

- 1 oignon piqué de 2 clous de girofle

- 1 carotte coupée en rondelles épaisses

- 1 branche de céleri coupée en tronçons

- une dizaine de grains de poivre noir

- une dizaine de baies de genièvre

- 1 feuille de laurier

- quelques branches de thym

- quelques branches de sarrriette

Pour la cuisson

- 1 oignon émincé

- 1 bol de vinaigre de vin rouge

- 3 gousses d’ail pelées et écrasées au couteau

- 3 carottes coupées en rondelles

- 1 feuille de laurier

- brins de thym et de sarriette

- sel et poivre du moulin

- huile d’olive

 

J - 3

Dans un saladier, préparer la marinade. Y plonger les morceaux de viande. Bien mélanger. Couvrir de film alimentaire et laisser reposer 48 heures au frais. Remuer l’ensemble quand vous y pensez.

J - 1

Egoutter la viande. Filtrer la marinade. Préparer un bol rempli de vinaigre de vin (truc piqué à La Cachina)

Dans une sauteuse en fonte, faire chauffer un filet d’huile d’olive. Tremper chaque morceau de viande dans le vinaigre, le secouer et le faire rissoler dans la sauteuse. Attention, ça gicle.

Une fois la viande bien dorée, la retirer et l’égoutter.

Dans la même sauteuse essuyée, verser un filet d’huile d’olive. Faire revenir à feu modéré l’oignon émincé pendant 5 mn puis ajouter les rondelles de carottes. Lorsque le tout est bien doré, ajouter l’ail, le thym, le laurier et la sarriette. Ensuite, verser le vin et enfin ajouter les morceaux de viande égouttés. Saler. Porter à ébullition. Couvrir, baisser le feu au minimum et laisser mijoter 4 heures.

Au bout du temps, laisser refroidir puis garder au frais.

Le jour J

Sortir la daube du réfrigérateur, la laisser revenir à température ambiante. Vous n’avez pas besoin de dégraisser, la viande de sanglier est maigre. Poivrer. Puis finir la cuisson à feu très doux pendant 1 heure.

Délicieux avec des petites pâtes (avoines) ou une bonne salade verte.

 

Régalez-vous !

 

 

Cuisiné en écoutant :

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 17:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11 janvier 2016

Granola - Donna Hay

Le petit déjeuner a toujours été mon moment préféré de la journée. Je me lève généralement avant tout le monde. La maison est calme, je peux penser (et éventuellement me préparer . . .) au déroulé de la journée tranquillement devant ma tasse de thé. Mon petit déj est toujours basé sur la même composition. Un verre d’eau tiède avec un jus de citron 15 mn avant puis un fruit de saison, un yaourt de soja maison et quelque chose de consistant pour tenir le coup jusqu’à midi. Là, le choix est vaste. Suivant mon humeur : tartines beurre salé et miel, porridge, gâteau maison . . . J’ai toujours été tentée par les granolas faites maison. Cela me semble être un bon équilibre entre gourmandise et santé. Il y a beaucoup de recettes de granolas qui circulent sur le net et c’est celle de Donna Hay qui m’a séduite. Composée d’ingrédients plutôt inattendus pour une granola (sarrasin, graines de courges), elle est cependant délicieuse dégustée avec du lait ou un yaourt. J’ai juste modifié légèrement les proportions par goût personnel.

 

 

granola donna hay

 

 

 

Granola

Pour 2 personnes

- 50 gr de kasha

- 40 gr d’amandes

- 50 gr de graines de courge

- 1 CS de jus de citron

- 10 gr de graines de sésame

- 15 gr de graines de chia

- 20 gr de cranberries séchées et très grossièrement hachées

- 1 cc de gingembre râpé finement

- 30 ml de sirop d’érable

- 2 CS d’huile de noix de coco

 

La veille : placer la kasha, les amandes, les graines de courge et le jus de citron dans un saladier, recouvrir à niveau d’eau et laisser barboter la nuit dans le réfrigérateur.

Le lendemain, égoutter le mélange. Dans un saladier, mettre le mélange et le reste des ingrédients. Bien mélanger. Répartir l’appareil sur une plaque allant au four, recouverte de papier cuisson.

Enfourner dans un four préchauffé à 150°C. Laisser cuire pendant 45 mn environ en remuant de temps en temps. La granola doit être dorée et croustillante. Casser éventuellement les trop gros morceaux.

Une fois la granola bien refroidie, la stocker dans un bocal ou une boite métal. Se conserve environ 2 semaines.

Régalez-vous !

 

Humeur du jour : Triste !

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 22:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 janvier 2016

Scones à la sauge, 2016 et MMM 43

A tou(te)s mes lect(rices)eurs - et comme je ne suis pas sectaire, aussi à tous les autres -

je voudrais souhaiter une très belle année 2016 : santé, bonheur, amour et la paix sur terre.

Que cette année soit douce à vivre pour toutes et tous !

 

Retour à la normale après les fêtes. Ne me parlez plus (jusqu'à décembre prochain du moins) de graisse, de sucre et d'alcool. J'ai atteint mon quota annuel durant les deux dernières semaines . . . J'étais tellement heureuse de pouvoir tirer la langue à 2015. Cette terrible année est enfin derrière nous ! Rien ne dit que 2016 sera meilleure mais peut être sommes nous mieux préparés (hélas ?) à affronter des moments difficiles. Nous savons désormais que tout peut très vite basculer. Pour moi, cette prise de conscience me pousse à apprécier tous les moments de bonheur, qu'ils soient petits ou grands. J'ai aussi réalisé que nous pouvons tous être comme le colibri cité par Pierre Rabhi, et contribuer à faire de ce monde un endroit meilleur. Alors, bonjour 2016 !

 

Et pour respecter ce que j'ai dit plus haut concernant les graisses, sucres et alcool, voici une recette saine pour bien commencer l'année. Avec les températures douces de cet hiver,  mon plant de sauge prend ses aises. Ses feuilles sont bien charnues et parfumées. Cela m'a donné l'envie de les utiliser dans des scones.Je me suis inspirée d’une recette de BBC Food où j’ai simplement remplacé, en bonne fille du Sud, le cheddar par du parmesan et adapté, en bonne paresseuse (...) la recette au Thermomix.

Ces scones font merveille dégustés avec des tranches de butternut rôties au four. Tout simple, rapide et délicieux pour un dîner en semaine.

 

Et comme il faut préserver les bonnes habitudes. Aujourd'hui, premier lundi du mois, c'est le MMM n°43, toujours organisé par Chris de Cuisine de tous les jours.

Cette fois-ci, je voudrais rendre hommage à Michel Delpech, décédé samedi dernier. Il n'est pas, loin de là, mon chanteur préféré mais j'ai grandi avec ses chansons. J'ai choisi "Quand j'étais chanteur" pour son aspect retour vers le futur absolument innovateur à l'époque (nous sommes en 1975) et aussi parce qu'il n'atteindra hélas jamais les 73 ans  de sa chanson. Paix à son âme.

 

 

 

scones sauge parmesan

 

 

Scones à la sauge et au parmesan

Pour 8 scones

- 250 gr de farine

- 1/2 sachet de levure

- 1 1/2 cc de moutarde en poudre

- 50 gr de beurre en morceaux

- 100 gr de parmesan en morceaux

- 1 CS de feuilles de sauge hachées(soit 8 belles feuilles) + 8 petites feuilles pour la déco

- 1 œuf

- 10 cl de lait Ribot

- sel&poivre du moulin

 

Dans le bol du Thermomix, mettre le parmesan et les 8 feuilles de sauge : vit 6 – 15 sec. Réserver.

Sans laver le bol, mettre la farine, la levure, la moutarde, 1/2  cc de sel et un tour de moulin de poivre : vit 4 – 5 sec.

Ajouter le beurre : vit 5 – 10 sec.

Ajouter 3/4 du mélange parmesan/sauge : vit 2 – sens inverse- 20 sec.

Puis l’œuf et le lait Ribot, battus ensemble préalablement : vit 3 – 20 sec.

Sortir la pâte, la pétrir rapidement. Déposer la pâte sur la plaque du four recouverte de papier sulfurisé.

Former une galette épaisse d’environ 25 cm de diamètre. La découper en 8 parts égales.

Badigeonner l’ensemble de lait Ribot, saupoudrer du 1/4 restant du mélange parmesan/sauge et "coller" sur chaque part une petite feuille de sauge.

Enfourner à four préchauffé à 200°C pendant 15 mn. Les scones doivent être gonflés et bien dorés.

Ils sont meilleurs dégustés le jour même.

 

 

Dégustés en écoutant :

 

   

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

 

Posté par Wenniroc à 14:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 décembre 2015

Plätschen, Bredele et petits gâteaux . . .

Vous cherchez une bonne recette de petits gâteaux de Noël ? Piochez dans cette récap. Chacune de ces petites douceurs a été testée et approuvée !

 

Les citronnés

 

coeurs citron2

Les coeurs citrons

 

 

gâteaux citron poivre

Les petits gâteaux au citron et poivre

 

 

gressins citron vert chocolat blanc

Les gressins au citron vert et chocolat blanc

 

 

Les traditionnels

 

 

mincemeatpies3 

Les mincemeat pies

 

 

zimtsterne

Les Zimtsterne

 

 

Damiers 1

Les damiers

 

 

sablés confiture 2

Les sablés confiture

 

 

Les "très fruits secs"

 

 

 

bethmännchen

Les Bethmännchen

 

 

petits gâteaux amandes noisettes 1

Les petits gâteaux aux amandes et noisettes

 

 

doigts fruits secs (2)

Les doigts aux fruits secs

 

 

florentins1

Les Florentins de C. Felder

 

 

Les inclassables 

 

raviolis pâte amandes

Les coussins à la pâte d'amande

 

 

soleil pistache2

Soleils verts

 

 

biscuits farine maïs et eau fleur oranger

Les biscuits à la farine de maïs et eau de fleur d'oranger

 

 

 

Et régalez-vous !

Humeur du jour :

 

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

 

Posté par Wenniroc à 15:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,



07 décembre 2015

MMM n°42

Mon énergie remonte mais pas encore suffisament pour chercher LA recette, LA cuisiner et LA prendre en photos. Mais nous sommes le premier lundi du mois et je ne voudrais pas rater le Monday Music Miam !

En ce moment, je re-écoute les vieux standards de la reine de la soul  : Aretha Franklin. Avec un titre que je ne me lasse pas d'écouter : Think !

La chanson date de 1968 mais je n'ai pas trouvé de vidéo de l'époque, je vous propose donc la version que l'on voit dans Blues Brothers (1980). Cette version déménage tout autant que l'originale et en plus, je vous l'avoue, j'adore les pantoufles roses d'Aretha . . .

 

Enjoy !!

 

 

 

Aretha Franklin - Think (feat. The Blues Brothers) 

 

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 21:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 novembre 2015

Hystérectomie

Saviez-vous que "hystérie" et "utérus " ont la même origine linguistique ?

Moi, je l’ai découvert il y a 2 mois lorsque la chirurgienne (je ne sais pas si ce terme existe mais c’est un billet féminin, alors allons jusqu’au bout !) m’a annoncé que par précaution, il serait sage d’envisager une hystérectomie (ablation de l’utérus) et une ovariectomie (ablation des ovaires). Ma première réaction fut de penser qu’après m’avoir enlevé, il y a 22 ans, la sagesse située dans mes dents, est-ce que le fait de de supprimer maintenant l’hystérie de mon utérus remettrait le compteur à zéro ? Je n’ai pas encore de réponse.

Bref, pour en revenir à mon sujet. Mon utérus était problématique, sans que ce soit grave, depuis plusieurs années. On l’enlève, on ne l’enlève pas, on fait un traitement, on n’en fait pas, on attend la ménopause, on n’attend pas . . . je vivais avec, sans plus.

Pour les ovaires, c’est une autre histoire. En juin dernier, un secret de famille a explosé : plusieurs femmes de ma lignée maternelle avaient eu ou étaient proches d'avoir un cancer de l’ovaire. Pour rappel, le cancer de l’ovaire est parmi les plus détestables qu’il soit car impossible à diagnostiquer. Ni les marqueurs, ni une échographie ne peut le déceler. Il est uniquement détectable lorsqu’ il est en phase terminale. C’est-à-dire trop tard. Une grand tante en est morte. Ses filles ont dû se faire ôter l'utérus et les ovaires. Ma mère a eu beaucoup de chance et a pu être opérée, complètement par hasard, à temps. C’est d’ailleurs son opération, en juin, qui a déclenché la communication familiale . Quand je pense que dans tous les questionnaires médicaux, à la question " avez-vous des antécédents familiaux ayant eu un cancer ? " je répondais toujours par la négative ! La situation a quelque peu changé depuis juin . . .

Mon opération a eu lieu le mardi 17 novembre. Je suis rentrée à la maison le vendredi 20. Le protocole de convalescence est 1 mois d’arrêt maladie, dont 2 semaines sans sortir, sans porter de poids, pas d’escalier . . . Avant l’opération, j’avais pensé : chouette, 2 semaines sans sortir, je vais pouvoir enfin classer tranquillement mes papiers administratifs. Pensée au mieux, naïve, au pire, complètement idiote. Car 1) je travaille déjà à domicile et 2) j’ai le même niveau d’énergie qu’une serpillère. Contre coup de l’anesthésie,  chute brutale des hormones . . . Je dors 12 heures par nuit, je fais une sieste avant et après le déjeuner, je me traîne à petits pas . . . Il y a 3 jours, j’ai réussi à vider le lave-vaisselle toute seule, youpi !!! Ce fut l’évènement de la journée, que dis-je, de la semaine !!! Aujourd’hui, j’ai attaqué le lave-linge et le sèche-linge. C’est bon, j’ai gagné ! Heureusement que ma mère est là pour gérer la maisonnée car sans elle, ce serait la panique totale.

Cette fatigue va, bien sûr, petit à petit disparaître et je sais que je vais recouvrer mes forces mais surtout, je suis soulagée que tout cela soit maintenant derrière moi. Je suis aussi consciente qu’il faudra surveiller, faire des contrôles réguliers, car, oui, j’ai des antécédents familiaux de cancer et je dois dorénavant vivre avec cela. Un avantage ? J’aurai un protocole de suivi maintenant adapté à ma situation réelle.

Si j’ai un message à faire passer, ce sera celui-ci : le cancer n’est pas une maladie honteuse. Il faut en parler. Cela peut sauver des vies.

Merci, maman !

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 23:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

02 novembre 2015

Tarte tatin aux coings et MMM 41

Je continue à tester de nouvelles (du moins pour moi) recettes à base de coing. Il faut bien que j'écoule mes kilos de fruits ! Le coing et la pomme sont assez interchangeables dans les recettes. Cependant, suivant les temps de cuisson, le coing, du fait de sa dureté, peut nécessiter une pré-cuisson. Ainsi pour une tarte tatin, les coings doivent être pochés avant de passer la tarte au four. Bon, OK, c’est un peu de travail en plus, mais 1) vous n'aurez pas à les peler  2) vous pourrez ôter les coeurs après le pochage, ce qui facilite grandement l'opération . . . Et quel délice de mordre dans une part de cette tarte !

 

Et comme nous sommes le premier lundi du mois, c'est le jour du Monday Music Miam organisé par Chris.

Pour cette 41eme édition, j’ai choisi de vous présenter un jeune chanteur âgé de 19 ans, originaire de la région d’Atlanta : Raury.

Il s’agit d’un titre tiré de son premier album "Indigo Child". D’abord attirée par la chanson entendue à la radio, la découverte de la vidéo fut du style " coup de poing ". Le sous-titre de  God’s whisper est " Lord have mercy on the ignorant youth". On ne peut que l’espérer.

 

 

tatin coing

 

 

Tarte tatin aux coings

Pour un moule de ø 30 cm

- 1 pâte feuilletée

- 1,5 kg de coings

- cassonade

- beurre

Pour le pochage :

- 1 l d’eau

- 100 gr de sucre en poudre

 

- Couper les coings en 4. Ne pas les peler, laisser les cœurs sauf s’ils sont abîmés.

- Faire bouillir l’eau avec le sucre. Lorsque le sucre est dissous, ajouter les coings. Baisser le feu et laisser mijoter une dizaine de minutes. Sortir les coings du sirop et laisser refroidir.

- Retirer délicatement les cœurs. Couper les quartiers en 2. Réserver.

- Dans un moule passant sur le feu, faire un caramel léger avec la cassonade. Attention, la cassonade brûle vite . . .

- Ôter le moule du feu, parsemer le caramel de flocons de beurre. Disposer les tranches de coing par-dessus. Parsemer à nouveau de flocons de beurre.

- Piquer la pâte feuilletée avec une fourchette. La poser sur les fruits en enfonçant bien les bords contre le moule.

- Cuire à four préchauffé à 200°C pendant 30 à 40 mn. La pâte doit être brun doré.

- Sortir du four. Poser un plat sur le moule et retourner le moule sur le plat. Protégez-vous, c’est brûlant !

- Régalez-vous !

 

Le MMM 41 :

Raury - God's Whisper (Official Video)

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 16:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

25 octobre 2015

Soupe kale, épinard et tofu

Vendredi dernier, Fiston a été opéré : extraction des quatre dents de sagesse. Aïe aïe aïe. Pendant deux jours, nous avions un hamster version grand modèle à la maison. . . Maintenant, ça va mieux mais il ne peut pas encore manger normalement. Donc, obligation de manger des soupes . . . Je compatissais devant lui mais mon cerveau pensait : Yes !! Oui, je peux être une mère indigne parfois . . .

Ceci dit, il n’a pas eu à trop se forcer avec la version d’aujourd’hui. Jolie couleur, bien parfumée mais pas trop forte en goût, légère à digérer, la soupe idéale pour un convalescent  . . . ou pas car nous nous sommes tout aussi régalés.

Cette recette est à la base de Donna Hay. J’ai enlevé de la liste des ingrédients les haricots blancs (200gr cuits) car je voulais une soupe facile à digérer.

 

 

soupe kale épinards

 

 

Soupe kale, épinard et tofu

Pour 4 personnes

- 2 échalotes pelées et émincées

- 1 poireau en rondelles

- 2 gousses d’ail écrasées

- 1 l d bouillon de poulet ou de légumes

- 200 gr de chou kale grossièrement émincé

- 200 gr de pousses d’épinard + un peu pour la déco

- 200 gr de tofu soyeux + un peu pour la déco

- 2 cc de jus de citron

- huile d’olive, sel&poivre

 

Dans une marmite, faire chauffer un filet d’huile et y faire revenir les échalotes et le poireau.

Lorsque ils sont tendres, ajouter l’ail et faire juste dorer.

Verser le bouillon et porter à ébullition.

Réduire le feu et ajouter le kale et les épinards. Faire cuire juste pour qu’ils soient tendres (5 mn environ).

Retirer du feu et verser le jus de citron et le tofu soyeux.

Avec le mixeur plongeur, mixer la soupe pour qu’elle soit bien homogène.

Saler, poivrer et remettre sur feu doux pour réchauffer la soupe.

Répartir dans 4 bols. Déposer sur chaque, 1 CS de tofu soyeux, quelques feuilles de pousses d’épinard et un peu de poivre du moulin.

Déguster.

 

Cuisiné en écoutant :

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 18:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 octobre 2015

Coings rôtis

C’est une année à coings. Les arbres croulent sous les fruits, ce qui signifie qu’il faut varier les recettes car 10 kg de gelée, certes, c’est bon mais cela fait quand même beaucoup . . .

Je suis donc allée à la pêche aux recettes de coing sur internet et j’en ai trouvé deux, très bonnes sur le site de Sylvain (un peu gay dans les coings). Celle d’aujourd’hui est on ne peut plus facile. Il n’y a rien à faire ou presque : couper les coings en quatre et les laisser rôtir, tous seuls. Un délice, le fruit à l’état pur, qui se déguste chaud ou froid, seul ou avec du fromage blanc (ma version préférée).

 

D’autres recettes de coing sur Try this ! : gelée de coings, pâte de coings, tarte streusel aux coings

 

coing rôti 1

coing rôti 2

 

 

 

Coings rôtis

- 1 kg de coings bio ou sauvages

- cassonade

 

Bien laver les coings pour enlever leur duvet. Les couper en quatre. Laisser le cœur s’il est sain, sinon l’ôter.

Disposer les quartiers de coings dans une terrine avec couvercle. Saupoudrer de sucre – environ 1 CS par quartier, mais c’est comme vous voulez . . .

Fermer la terrine et enfourner à four préchauffé à 200°C  pendant 2 heures.

Les coings doivent être orangés et  une lame de couteau doit pouvoir les percer facilement.

Déguster chaud ou à température ambiante. Les conserver au réfrigérateur.

 

Dégustés en écoutant :

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 19:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,