Try this !

15 décembre 2014

Coussins en pâte d'amande

Je ne sais pas si c'est le fait que mon esprit est en mode "cadeaux" en ce moment mais ces petits coussins en pâte d’amande me font penser à un écrin rempli de pierres précieuses. Bizarre, non ? Hein, chéri ? Qu'en penses-tu ? Comment "Rien" ?!?! . . . J'ai la désagréable impression de tendre des perches dans le vide.

Bref, revenons à nos coussins.

D’apparence discrète mais révélant une belle explosion de goûts, une fois qu’on y a goûté. L’amertume de la confiture, la douceur fruitée des abricots secs, le croquant de la pistache, tout cela enrobé de pâte d’amande et relevé de Cointreau en font une gourmandise incontournable de Noël. Attention, risque d’addiction !!

Ces coussins sont très faciles à faire, ils demandent juste un peu de patience et de dextérité.

Ma farce est foncée car les abricots secs que j’ai utilisés sont bios (et donc marron foncé).

La recette de la confiture d’orange amère est .

 

raviolis pâte amandes

 

 

 

Coussins en pâte d’amande

Pour une vingtaine de pièces

- 300 gr de pâte d’amande peu sucrée

- 80 gr de confiture d’orange amère

- 50 gr d’abricots secs coupés en 4

- 30 gr de pistaches pour pâtisserie (non grillées, non salées) grossièrement hachées

- 2 CS de Cointreau

 

Dans un petit mixeur, mixer ensemble les abricots secs, la confiture et le Cointreau. Une fois que le mélange est bien homogène, ajouter les pistaches et donner quelques tours pour les intégrer au mélange. Réserver.

Etaler la pâte d’amande au rouleau à pâtisserie entre deux feuilles de papier sulfurisé sur une épaisseur d’1 mm.

Découper avec la roulette dentée des carrés d’environ 5 cm de côtés. Déposer un peu de farce au centre et rabattre chaque angle du carré au-dessus de la farce afin de former un petit coussin. Bien souder les bords. Aplatir légèrement l’ensemble.

Se conserve 1 mois en boite métal, dans un endroit frais.

 

Cuisiné en écoutant :

 

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


08 décembre 2014

Minis kougelhopfs aux noix et au Comté

Fiston, ado de son état, vient de réaliser que s’il ne se mettait pas à travailler sérieusement, il risquait d’avoir de gros problèmes avec ses profs et ses parents ! Plein de bonne volonté, il a travaillé tout le dimanche pour rattraper ses derniers cours. Et comme j’ai confiance en mon ado mais ne suis pas complètement naïve, j’ai gardé son portable à côté de moi. Misère. En 5 heures, son portable a bipé environ 300 fois !!! SMS, MMS, snapchats, notifications facebook, instagram, alertes info . . . Mais comment fait-il pour gérer ça ???

Moi, en tout cas, ça m’a rendu folle. J’aurais pu, bien sûr, mettre son portable en silencieux mais ce déferlement de "kling","bip", "twuit", "dring" m’a complètement hypnotisée. Et lorsque je lui ai demandé de qui venaient toutes ces alertes, il répondit : "ben, mes potes".

Dommage qu’il n’y ait pas une matière "Relationnel" au Lycée, Fiston serait parmi les meilleurs de sa classe . . .

Comme je ne pouvais pas, pendant tout ce temps, vraiment me concentrer, j’ai cuisiné. Normal. Mon Thermomix, fidèle au poste, m’a encore bien aidé. Des minis kougelhopfs au Comté et aux noix, parfaits pour accompagner une salade ou une soupe. En silence.

 

 

 

mini kouglof salé

 

 

Minis kougelhopfs aux noix et au Comté

Pour 6 kougelhopfs

- 70 gr de noix

- 80 gr de Comté en morceaux

- 130 gr de lait

- 15 gr de levain fermentescible

- 200 gr de farine de blé

- 50 gr de farine de seigle

- 80 gr de beurre ramolli en morceaux

-1 œuf

- 1 CC de sel

 

Mettre les cerneaux de noix et le fromage dans le bol du Thermomix et mixer 20 sec – vit 4. Réserver.

Dans le bol mettre le lait, la farine, le levain, le beurre, l’œuf, le sel et pétrir 4 mn – vit épi.

Ajouter le mélange fromage/noix et mixer : 10 sec – vit 2.

Laisser reposer dans le bol, sans le couvercle, pendant 1 heure. Au bout de ce temps, sortir la pâte, dégazer, la rouler en boule, la fariner légèrement et laisser lever à nouveau 1 heure.

A la fin du temps de pousse, dégazer et diviser la pâte en 6 portions. Mettre chaque portion dans une empreinte en silicone pour mini kougelhopf et laisser lever 1/2 heure.

1/4 d’heure avant la fin du temps de levée, préchauffer le four à 180°C.

Cuire  45 mn à 180°C.

 

 

 

 

mini kouglof salé 2

 

 

 

 

Humeur du jour :

 

*

 

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 21:58 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 décembre 2014

Confiture de piments et MMM#30

J’ai toussé, pleuré, éternué, craché . . . pourquoi ? pour avoir oublié d’ouvrir la fenêtre de la cuisine pendant que je nettoyais les piments nécessaires à la préparation de cette confiture. Les piments, qui viennent de mon potager, sont très "hot" et il m’en fallait 20. Ce n’est qu’ au 16eme piment que j’ai réalisé mon erreur . . . donc ouverture en grand de ma fenêtre !

Ce fut la première leçon.

Le soir, une fois la confiture mise en pots, je monte me coucher. Et là, les mains commencent à me brûler. Une douleur du bout des doigts au poignet, comme si j'avais mis mes mains dans le feu. Insupportable !

Après avoir essayé la Biafine – sans résultat -,  l’huile essentielle de lavande – sans résultat –, je me décide à enfiler mes mains dans des gants de toilette mouillés et à attacher des sacs plastiques autour, pour ne pas tremper le lit pendant la nuit. A ce moment, mon mari rentre dans la chambre et me demande "Oh, chérie, un nouveau jeu ?" . . . je pense que mon regard était assez clair car il n’a pas continué . . .

Les gants mouillés ne faisant aucun effet, je suis passée à l’étape supérieure : la bassine d’eau froide. Je me suis donc assise dans le lit, une bassine remplie d’eau coincée entre mes jambes, les mains barbotant dedans. Au bout de 10 minutes, il me fut clair que ça ne pouvait pas fonctionner sur la durée. Entre temps, il était minuit, je tombais de sommeil, j’étais prête à m’arracher la peau des mains, et j’avais de sérieuses envies de meurtre à l’encontre de mon mari qui ronflait comme un bienheureux à côté . . .  

J’avais tout de même appris deux choses, l’humidité associée au froid était bénéfique et calmait la douleur.

J’ai donc récupéré tous les glaçons du congélateur que j’ai réparti en deux sacs plastiques. Un pour chaque main, que j’ai glissée ensuite dans un gant de toilette mouillé puis à nouveau dans un sac plastique. Ce qui m’a demandé un certain temps à réaliser comme vous pouvez l’imaginer . . . En tout cas, 45 minutes plus tard, j’étais dans mon lit avec l’équivalent d’un ballon de rugby sur chaque main mais au moins JE DORMAIS !!

C’e fut la deuxième leçon.

 

On récapitule : lorsque vous préparez des piments, aérez la pièce et portez des gants ! ! !

Heureusement que la recette en valait la peine.

Bon, à moins d'être un grand amateur de sensations extrêmement fortes dès le réveil, je déconseille de l'étaler sur vos tartines du petit déjeuner . . .

Par contre, elle fait merveille :

- ajoutée à une sauce tomate

- mélangée à du peanut butter et tartinée sur des blancs de poulet cuits au four

- associée à de la pulpe de tomate pour un chutney vite-fait

- utilisée dans tous les woks végés ou pas

- en marinade de steaks pour un BBQ

- dans une soupe façon thaïe ou pas

- avec des oeufs au plat

 . . . laisser courir votre imagination !

 Plusieurs ingrédients étant introuvables dans mon coin, je les ai remplacés par d’autres que je jugeais équivalents, ils sont signalés entre parenthèses.

 

Et, cela ne vous a sûrement pas échappé, mais nous sommes le 1er lundi du mois. C’est donc le jour du . . . MMM  organisé par Chris.

Un titre s’est imposé à moi pour résumer ma folle nuit brûlante  : Fever de Peggy Lee !

La vidéo date de 1958, la qualité n'est donc pas très bonne mais la voix et les claquements de doigts de Peggy donnent tout de même la chair de poule . . . and what a lovely way to burn !!!

 

 

chili jam2

 

 

Confiture de piments

(modifiée à partir de Chili jam – Donna Hay)

Pour 2 pots

- 125 ml d’huile de cacahuètes (huile de sésame grillé)

- 2 CS d’huile de sésame grillé

- 20 piments rouges, en gros morceaux

- 4 oignons rouges en morceaux

- 12 gousses d’ail pelées

- 6 racines de coriandre (10 graines de coriandre)

- 50 gr de gingembre frais pelé et en morceaux

- 125 ml de vinaigre de malt (vinaigre de cidre)

- 125 ml de fish sauce

- 60 gr de pulpe de tamarin (dissous dans 2 CS d’eau chaude)

- 265 gr de sucre de palme en poudre

- 220 gr de sucre blanc

 

Dans une poêle, chauffer à feu vif 2 CS d’huile de sésame. Ajouter les piments et les faire sauter, en remuant souvent pendant 8 à 10 mn. Ils doivent être bruns dorés.

Dans le bol d’un blender, mettre les piments, l’ail, les oignons, la coriandre, le gingembre et mixer jusqu’à ce qu’une pâte souple se forme (au Thermomix : 1 mn – vit 8).

Chauffer à nouveau la poêle, à feu moyen avec 3 CS d’huile. Y ajouter la pâte de piments et cuire une douzaine de minutes en remuant. La pâte de piments doit être dorée et parfumée.

Ajouter le vinaigre et la fish sauce. Bien mélanger.

Ajouter la pulpe de tamarin et les sucres. Porter à ébullition.

Une fois l’ébullition atteinte, baisser le feu et laisser mijoter une grosse demi-heure. La confiture doit être épaisse et brillante.

Verser dans des bocaux. Recouvrir d’huile. Fermer les bocaux. Se conserve dans un lieu frais et sombre. Le pot, une fois ouvert, se conserve au réfrigérateur.

 

 

 

chili jam1

 

 

 

 

Peggy Lee - Fever

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 11:44 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 novembre 2014

Salade tiède de roquette et fèves

Le potager est assez vide à cette époque de l’année sauf le coin de la roquette. Elle s’étend royalement même sur les planches de cultures avoisinantes et pour bien montrer qui est la reine du moment, elle fleurit à nouveau !

Je dois la récolter régulièrement si je ne veux pas qu’elle envahisse mon potager. Ce qui tombe bien car pour la recette suivante, il en faut un bon bouquet. Les fèves et le sésame adoucissent l’amertume de la roquette et le citron vert apporte sa légère touche d’acidité : une belle symphonie en vert !

 

 

salade roquette fèves

 

 

Salade tiède à la roquette et aux fèves

(à partir d’une recette de " Vegan" de M. Laforêt)

Pour 4 personnes

- 200 gr de fèves pelées (fraîches ou surgelées)

- 1 beau bouquet de roquette

- 1/2 bouquet de coriandre ciselée

- 2 citrons verts

- 2 CS de graines de sésame

- huile d’olive

- sel & poivre

 

Cuire les fèves 10 mn à la vapeur. Elles doivent être al dente.

Faire griller les graines de sésame à sec dans une poêle jusqu’à ce qu’elles deviennent dorées.

Les mélanger avec la roquette dans un saladier.

Ajouter la coriandre, les graines de sésame, l’huile, sel & poivre.

Servir avec des quartiers de citron vert que chacun pressera selon son goût.

Régalez-vous !

 

Cuisiné en écoutant :

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 20:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 novembre 2014

Terrine de pommes (sans oeuf ni lactose)

Une petite merveille !

Sans matière grasse, très peu de sucre ajouté, composé uniquement de pommes, d'une simplicité enfantine, ce dessert est à la fois beau et absolument délicieux. Parfait pour être dégusté en fin de repas copieux.

Pour une version plus chic - ou plus gourmande . . . -  on pourra l’accompagner d’une crème anglaise, d’un coulis de framboise, d’une sauce chocolat . . . Laisser parler votre imagination !

 

 

terrine pommes

 

 

Terrine de pommes

Pour un moule à cake avec couvercle.

- 8 pommes Golden (bio car on garde la peau)

- 100 gr de sucre

- le jus d’1/2 citron

- cannelle en poudre (ou gingembre ou toute autre épice à votre goût)

 

Mettre le sucre et 2 CS d’eau dans une casserole pour faire un caramel. Lorsqu’il a atteint le degré  "blond", l’ôter du feu et verser le jus de citron.

Chemiser aussitôt un moule à cake avec le caramel. Réserver.

Evider les pommes. Les passer à la mandoline, épaisseur 2 mm.

Mettre les plus belles tranches dans le fond du moule (oui, je ferai mieux la prochaine fois . . .) puis les superposer. Saupoudrer à intervalles réguliers de quelques pincées de cannelle. Bien tasser.

Fermer la terrine avec le couvercle (si pas de couvercle, envelopper le moule hermétiquement avec du papier alu).

Cuire 3 heures dans un four chauffé à 170°C, fonction "Cuisson étuvée". Sinon, cuire la terrine au bain-marie dans votre four, température et temps de cuisson identiques.

Une fois la terrine cuite, la sortir du four, la laisser refroidir puis l’oublier 2 heures dans le réfrigérateur.

Démouler juste avant de servir (en trempant éventuellement le moule dans l’eau chaude quelques secondes).

Régalez-vous !

 

terrine pommes2

 

 

Cuisiné en écoutant :

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 15:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,



09 novembre 2014

Salade d'algues à la japonaise

J’adore cette petite salade servie dans les restaurants japonais.

Tellement facile à faire, ce serait dommage de s’en priver chez soi. Vous trouverez tous les ingrédients dans les magasins bios.

 

salade algues

 

Salade d’algues à la japonaise

Pour 2 à 3 personnes

- 1 boite d’algues conservées au sel soit 140 gr

- 1 cuillère à soupe de vinaigre de riz

- 1 cuillère à soupe de sauce soja réduite en sel

- 1 cuillère à soupe d’huile de sésame toasté

- grains de sésame

 

Dans une poêle, faire griller à sec les grains de sésame jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Réserver.

Rincer les algues à l’eau claire, égoutter. Les ciseler au couteau. Réserver dans un saladier.

Dans un petit bol, mélanger la sauce soja, le vinaigre et l’huile. Verser sur les algues. Bien remuer.

Saupoudrer de grains de sésame. A déguster tout de suite !

 

Humeur du jour :

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 22:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,

03 novembre 2014

Gelée de tomates vertes et MMM#29

C’est bien la première année que, début novembre, mes plants de tomate sont toujours chargés de tomates.

Le seul problème est qu’elles sont vertes . . .  et qu’elles le restent !

Vu que je n’aime pas gaspiller, il fallait bien trouver un moyen d’utiliser ces tomates. La tomate étant un fruit, j’ai donc essayé d’en faire de la gelée, sans trop savoir ce que cela allait donner.

Verdict une fois faite : c’est très très bon. C’est une gelée délicate, le parfum de la tomate est bien présent, l’acidité, équilibrée par le sucre, est agréable (presque rafraîchissante) et on retrouve bien la saveur de la tomate. Je peux donc vous transmettre la recette !

 

gelée tomates vertes

 

Et comme tous les 1ers lundi du mois, c’est le rendez-vous musical chez Chris (Cuisine de tous les jours) pour le Monday Music Miam. Pour ma participation de ce mois-ci, petit retour en arrière : 1965 avec le film culte (oui, oui !) "The sound of music" et cette chanson que j’adore : "My favorite things".

Je souscris absolument à la philosophie de Julie Andews : lorsque le monde s’obscurcit, faisons la liste de nos petits bonheurs . . .

“When the dog bites
When the bee stings
When I'm feeling sad
I simply remember my favorite things
And then I don't feel so bad”

 

Gelée de tomates vertes

- 1 kg de jus obtenu avec l’extracteur de jus

- 800 gr de sucre

- le jus d’un citron

 

Mettre le jus et le sucre dans une grande marmite plate.

Porter à ébullition en remuant pour faire fondre le sucre. Puis baisser légèrement le feu et laisser cuire à petits bouillons pendant environ 45 mn en remuant de temps en temps.

La gelée est prête lorsqu’une goutte déposée sur une assiette froide reste en boule et ne s’étale plus.

Ecumer. Verser le jus de citron. Remuer.

Verser dans des pots préalablement ébouillantés. Fermer, les retourner. Vous les remettrez à l’endroit lorsque la gelée aura refroidi.

 

 

Cuisiné en écoutant :

My Favorite Things

 

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 14:38 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,

26 octobre 2014

Lentilles beluga, kale et battuto de semoule

Si je vous dis "chou vert non pommé", ça ne vous parle pas.

Mais si je mentionne "kale", là, ça vous interpelle, non ?

Cela fait maintenant 2 ans que ce légume a envahi les blogs anglo-saxons. En France, cela fait quelques mois que je vois passer des recettes l’utilisant. Et ça m’énerve, car, au fin fond de ma Provence, du kale, il n’y en a pas. Je ne pouvais donc que saliver devant toutes ces recettes. Tu parles d’une frustration !!!

Mais cette semaine, j’ai pu – enfin ! - assouvir ma curiosité. Un producteur local s’est lancé dans la production de ce chou et j’ai pu voir de près et surtout goûter ce fameux kale.  

Et là, le terrible dilemme, par quelle recette commencer ? J’avais accumulé tant de recettes à base de kale que j’étais incapable d’en choisir une seule. . . Alors, j’ai opté pour une recette qui n’en utilisait pas ! Il s’agit, en fait d’une recette traditionnelle italienne à base de lentilles vertes, d’épinards frais et d’un battuto de semoule. Je l’ai adaptée en utilisant des lentilles beluga et du kale. Il n’y a que la semoule que j’ai conservée.

Le résultat est un délicieux plat complet végétarien de saison.

Et j’ai découvert que j’adorais le chou vert non pommé !

 

 

minestra beluga kale semoule

 

 

Lentilles beluga au kale et battuto de semoule

Pour 4 personnes

- 250 gr de lentilles beluga rincées

- 250 gr de chou kale coupé en lanières

- 150 gr de semoule fine de blé

- 1 oignon émincé

- 1 belle gousse d’ail en bâtonnets

- 1 litre de bouillon de légumes

- 1 feuille de laurier

- huile d’olive

- sel & poivre

 

Dans une large marmite, faire revenir l’oignon dans un peu d’huile d’olive.

Lorsqu’il est transparent, mettre les lentilles. Les faire chauffer 5 mn en remuant. Puis ajouter le bouillon de légumes, la gousse d’ail et la feuille de laurier. Porter à ébullition, couvrir, baisser le feu et laisser mijoter 10 mn.

Ajouter alors les lanières de kale et laisser cuire encore une dizaine de minutes. Les lentilles doivent être tendres.

Pendant la cuisson des lentilles, préparer le "battuto" : mélanger la semoule avec 70 gr d’eau environ et un peu de sel. Pétrir légèrement afin de former une boule de pâte. L’étaler à la main sur une épaisseur de 3 à 4 mm. Découper à l’aide d’un couteau des fines lanières de pâte que vous découperez ensuite en petits carrés.

Lorsque les lentilles sont quasiment cuites, jeter le battuto de semoule dans la marmite.

Remuer, laisser cuire 5 mn.

Saler et poivrer.

Servir bien chaud.

 

dés semoule

 

 

Cuisiné en écoutant :

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 octobre 2014

Streusel aux coings

Nous sommes dans la série « coings » ! Après la gelée, la pâte, voici la tarte !

Après avoir préparé ma gelée, il m’est resté une belle quantité de pulpe de coings. J’en ai gardé une partie pour faire mes pâtes de coing et avec le reste, j’ai eu envie d’essayer une recette de dessert.

Comme nous aimons bien la tarte streusel, qui est normalement préparée avec des abricots, j’ai tenté de décliner cette recette avec de la purée de coing. Et bien, c’est très très bon !!!!!

L’acidité du coing est bien équilibrée par la (riche) croûte de tarte et le (riche) streusel.  Pour un ensemble (plus léger) où le coing domine, supprimez la croûte de tarte, ce sera tout aussi délicieux !!

 

Streusel aux coings

 

Streusel de coing

Pour une tarte de 30 cm de diamètre.

Pour la pâte :

- 200 gr de farine

- 50 gr d’amandes en poudre

- 60 gr de sucre

- 100 gr de beurre

- 1 œuf

Pour les coings :

- 800 gr de pulpe de coing déjà cuite

- le zeste et le jus d’un citron

- 2 CS de chapelure

- 170 gr de cassonade

Pour le streusel :

- 100 gr de farine

- 70 gr de cassonade

- 70 gr de flocons d’épeautre (ou d’avoine)

- 120 gr de beurre

 

Préparer la pâte :

Dans le bol d'un robot, mettre tous les ingrédients et mixer juste jusqu’au moment où la pâte s’amalgame en boule. Au Thermomix : 30 sec – vit 5.

Sortir la pâte du bol, la pétrir rapidement pour former une boule. L’emballer dans du film alimentaire et la laisser 20 mn au réfrigérateur.

Foncer le moule à tarte avec la pâte que vous aurez étalée.

Mettre dessus une feuille de papier sulfurisé que vous faites bien adhérer à la pâte et par-dessus des pois secs (ou autres mais uniquement réservés à cet usage) et cuire à blanc pendant 20 mn dns un four préchauffé à 180°C. Ôter les pois et le papier sulfurisé et laisser cuire encore 15 mn. Réserver.

Préparer le strusel :

Mettre tous les ingrédients sauf les flocons d’épeautre dans le bol du robot. Mixer jusqu’au moment où de grosses miettes se forment : 50 sec – vit 5.

Ajouter les flocons d’épeautre : sens inverse – 20 sec – vit 2. Si vous n’avez pas de Thermomix, mélanger les flocons à la main. Réserver.

Pour les coings

Mélanger tous les ingrédients. La purée doit être homogène.

Sortir la croute de tarte cuite à blanc. Verser dessus la purée de coing. Répartir les miettes de streusel.

Cuire au four préchauffé à 190°C pendant 30 mn. Le streusel doit être bien doré.

 

 

streusel aux coing2

 

 

Cuisiné en écoutant :

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

 

Posté par Wenniroc à 18:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 octobre 2014

Gelée de coing

Sa couleur ambrée et son goût fruité acidulé font de la gelée de coing l’une de mes préférées.

Cette recette est, pour moi, indissociable de celle de la pâte de coing car après avoir passé les coings à l’extracteur de jus, vous obtenez le jus (pour la gelée) et la pulpe de fruit (pour la pâte, compote, confiture ou autre dessert).

Si vous n’avez pas d’extracteur de jus, pas de panique, il vous suffit de suivre la méthode classique de préparation des coings.

Méthode qui a aussi fait ses preuves, soit, mais qui demande juste un peu plus de travail . . .

 

 

gelee coing 1

 

Gelée de coings

- 1 kg de "jus" de coing

- 500 gr de cassonade (renforce la couleur ambrée de la gelée et sa note caramélisée s’associe bien avec le coing)

- le jus d’un citron

 

Verser le jus de coing dans une marmite bien large. Ajouter la cassonade et bien mélanger pour dissoudre le sucre.

Porter alors le mélange à ébullition et laisser bouillonner pendant une trentaine de minutes. Une goutte de confiture versée sur une assiette froide devra rester en boule et non s’étaler.

Ecumer soigneusement en fin de cuisson.

Ôter la marmite du feu, verser le jus de citron. Remuer.

Verser dans des bocaux à confiture préalablement ébouillantés. Fermer les bocaux.

A conserver à l’abri de la lumière.

 

gelee coing 2

 

Cuisiné en écoutant :

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 15:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »