Try this !

20 février 2017

Gingembre confit maison

Le bon gingembre confit est l’une de mes gourmandises préférées. Chez moi, un sachet de gingembre confit est soit neuf soit vide, l’étape intermédiaire étant quasiment inexistante ! Hélas, la plupart des gingembres confits sont soit beaucoup trop sucrés - et on perd le gingembre - soit ils "arrachent" et sont immangeables. Et bien sûr, le bon gingembre confit est hors de prix . . .

Je fus donc très intéressée lorsque, à Noël, ma conseillère Thermomix préférée (Fabienne pour ne pas la nommer) a communiqué cette recette pour faire du  gingembre confit, à la maison.

Le résultat est excellent. Un équilibre parfait entre la croûte sucrée et la chaleur poivrée du gingembre.

J’ai utilisé des oranges sanguines qui ont donné une jolie couleur orangé aux lamelles. Si vous utilisez des oranges "normales", vous pouvez réduire le sucre à 160 ou 170 gr.

Avec le sirop restant de la troisième cuisson, mélangé à un peu de l’eau de la deuxième cuisson, on obtient un sirop parfait pour accompagner une glace à la vanille, un sorbet  mangue, un yaourt, une compote de pommes, un smoothie . . .

 

 

gingembre confit

 

 

gingembre confit3

 

gingembre confit4

 

 

 

Gingembre confit maison

Pour un petit bocal.

- 200 gr de gingembre frais (Choisissez le dodu, il sera plus facile à éplucher.)

- 180 gr de sucre

- 2 oranges sanguines 

 

Prélever le zeste des oranges. Les mettre dans le bol du Tm avec le sucre : 1 mn – vit 10. Réserver.

Eplucher le gingembre et le couper en lamelles de 0.5 cm d’épaisseur.

Mettre les lamelles dans le bol du Tm. Couvrir à fleur d’eau : 10 mn - varoma  - vit 0.5 - sans gobelet.

Jeter cette première eau.

Recouvrir à fleur les lamelles de gingembre d’eau " neuve": 10 mn – varoma – vit 0.5 – sans gobelet.

Vider le bol du Tm. Egoutter les lamelles de gingembre ET réserver l’eau de la deuxième cuisson à part.

Dans le bol du Tm, verser 0.5 l d’eau "neuve". Ajouter les lamelles de gingembre,  le jus des oranges et le sucre parfumé : 50 mn – varoma – vit 0.5 – mettre le panier de cuisson sur le couvercle à la place du gobelet.

Surveiller que le sirop ne devienne pas trop épais et dans ce cas, arrêter la cuisson.

Egoutter les lamelles de gingembre ET conserver le sirop.

Rouler les lamelles dans du sucre et les laisser sécher sur du papier cuisson à l’air libre 2 ou 3 heures. Les lamelles doivent être bien sèches avant de les déposer dans un bocal hermétique.

Régalez-vous !

 

Cuisiné en écoutant :

 Eward Sharpe and the magnetic Zeros - 40 Day Dream

 

 

 *

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


06 février 2017

Poulet parfumé rapide

J’aime beaucoup les recettes de Donna Hay, chef australienne. Elles sont faciles, originales et concernant celle dont je me suis inspirée aujourd’hui, rapide. Le fait de couper le poulet en deux et de taillader la chair de chaque moitié raccourcit considérablement le temps de cuisson. J’ai donc conservé sa technique et adapté les parfums  au goût de la famille.

Pour accompagner ce poulet parfumé, j’ai fait rôtir ensemble des dés de pommes de terre et de patates douces. Pratique car ils cuisent en même temps que le poulet.

Et, pour finaliser l’ensemble, j’ai testé un "beurre"  végétal d’accompagnement, à base de miso blanc et de sésame, crémeux à souhait. On s’est battu pour savoir qui finirait le pot !!

Afin de reprendre une habitude que j’aimais bien, et que nous sommes un premier lundi de mois, je participe au Monday Music Miam (Cuisine de tous les jours).

Comme il est toujours nécessaire de rappeler l’importance des mélanges, ce mois-ci, je vous  propose une association improbable mais qui fonctionne parfaitement. Premièrement, la chanson "Bella Ciao", célèbre chanson des partisans italiens lors de la 2eme guerre mondiale. Cette chanson serait née, au début du XXe dans les rizières italiennes. Les travailleuses y dénonçaient leurs dures conditions de travail.  Les paroles ont été changées en 1944 pour adapter la chanson à la révolte des partisans.

Ensuite, l’interprète : Goran Bregovic, le roi de la musique balkanique. Qui a vu ou entendu Bregovic n’en ressort pas indemne ! Chanteur serbo-croate, né en 1950. Bregovic est chanteur, compositeur de ses chansons mais aussi de BO de nombreux films tels Le temps des Gitans (Kusturica), Arizona Dream (Kusturica), La reine Margot (Chéreau) . . .  J’ai eu la chance de le voir sur scène il y a quelques années, ce type est une bombe d’énergie et il est impossible de ne pas vibrer à sa musique !

 

 

 

 

 poulet rapide

 

 

Poulet parfumé rapide

Pour 4 personnes

- 1 beau poulet fermier coupé en deux dans la hauteur

- le jus d’un citron vert

- le zeste d’un citron vert

- une poignée de graines de sésame

- 1 cc de gingembre en poudre

Pour le "beurre" miso sésame

- 2 CS d’huile de sésame grillé

- 2 CS de miso blanc

- 1 CS de tahin

 

Préchauffer le four à 220°C – chaleur tournante.

Taillader chaque moitié de poulet sur l’épaisseur de la chair.

Dans un bol, mélanger le jus, le zeste, le gingembre et le sésame. Badigeonner le poulet avec cette sauce en faisant bien pénétrer dans la chair au niveau des fentes.

Saler. Enfourner pendant 30 mn environ. Le poulet doit être bien doré.

Pendant ce temps, mélanger, dans un bol avec une fourchette, les ingrédients du beurre miso sésame. Le "beurre" doit être homogène. Réserver.

Sortir le poulet du four. Servir avec le beurre miso sésame.

Régalez-vous !

 

 

Cuisiné en écoutant :

Goran Bregovic - Bella Ciao - ( LIVE ) Paris 2013

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 21:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 janvier 2017

Haricots rouges à la créole

Réduire ma consommation de viande n’est absolument pas un problème. Actuellement, je mange de la viande rouge une fois par semaine et cela me suffit amplement. Par contre, augmenter la part des légumineuses dans mon alimentation est un peu plus délicat. Les haricots, fèves, pois chiches, lentilles  . . .  nécessitent, pour certains, une nuit de trempage, une cuisson longue, pour un goût, il faut le reconnaître,  un peu " fadasse".

Décidée tout de même à plus - et mieux – les consommer, j’ai élaboré un plan d’attaque en deux temps !  

Premièrement, je cuisine une grande quantité de haricots blancs et rouges, pois chiches. Je les fais tremper séparément pendant toute une nuit. Ensuite, je jette cette eau et je les cuis, aussi séparément , départ eau froide, avec un bouquet garni, de la sauge, de l’ail . . . Une fois cuits, égouttés  et refroidis , je les congèle en portion individuelle. Soit, pour moi, 60 gr. Lorsque j’en ai besoin, je sors, la veille, la portion nécessaire et je la laisse doucement décongeler au réfrigérateur. Le lendemain,  mes légumineuses sont prêtes à être accommodées.

Et c’est là qu’arrive le deuxième point, il faut des bonnes recettes ! C’est pour cela que j’ai acheté "Le guide Terre Vivantes des légumineuses". Une véritable bible ! Remplie de bons conseils et de recettes du monde entier. J’en ai déjà essayé quelques une. Celle que je vous propose aujourd’hui est inspirée d’une recette de ce livre. *

Attention, elle peut vous faire aimer les haricots rouges autrement qu’en chili !

 

 

haricots créoles

 

 

Haricots rouges à la créole

Pour 4 personnes

- 200 gr de haricots rouges cuits et égouttés

- 3 gousses d’ail

- 1 pincée de piment

- 1 cm de gingembre frais

- 1 pincée de gros sel

- 1 oignon émincé

- 1 cc de curcuma

- 1 citron vert

- huile d’olive

- poivre

 

Dans un mortier, écraser l’ail, le piment, le gingembre et le gros sel.

Faire revenir dans une poêle, l’oignon dans l’huile d’olive. Ajouter le mélange d’épices puis le curcuma.

Ajouter les haricots rouges, poivrer et bien remuer.

Laisser cuire une dizaine de minutes tout en remuant et en écrasant une partie des haricots.

Retirer du feu, arroser les haricots de jus de citron vert à votre convenance. C’est prêt.

Régalez-vous !

 

*Il ne s'agit aucunement de publicité. J'ai acheté ce livre et je le trouve vraiment très bien.

 

Cuisiné en écoutant :

Depuis que j'ai vu le (télé ?)film "Phoenix" sur Arte, il y a quelques semaines, j'ai cette chanson dans la tête. L'actrice principale (Nina Hoss, excellente !) la chante mais l'extrait étant un spoiler pour la totalité de l'histoire, je vous propose la version de Sarah Vaugan. En effet, Speak low est une "vieille" chanson des années 40 écrite pat Kurt Weill et chantée par Sinatra, Billie Holiday, Barbra Streisand, Ava Gardner, Peggy Lee et j'en oublie sûrement. . . La version de Sarah Vaugan est juste superbe et entêtante à souhait !

Sarah Vaughan - Speak Low

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 janvier 2017

Chou-fleur entier rôti

Je re-découvre le chou-fleur ! Il n’est jamais trop tard, me direz-vous.

Et bien, oui, comment un légume pas vraiment dans le top 5  - ni top 10 d’ailleurs !- des légumes les plus sexys peut-il recéler autant de possibilités  vraiment appétissantes ? On oublie les béchamels, les gratins à la Du Barry, les préparations lourdes et indigestes . . . Le new chou-fleur est arrivé !

J’avais déjà testé la version coupé en tranches et rôti qui est fort délicieuse. Maintenant, c’est la version cuit en entier que je vous propose. En plus d’être beau, le chou-fleur cuit ainsi, est délicieux !

Ma proposition  est  "nature" mais déclinable à l’infini suivant les épices utilisées.

 

 

choufleur entier rôti 2

 

 

 

Chou-fleur entier rôti

Pour 4 personnes environ

- 1 chou-fleur de 1kg environ avec ses  feuilles extérieures

- huile d’olive (environ 2CS)

- sel&poivre (curcuma, curry, piment, gingembre, moutarde, noix muscade . . .)

 

Bien rincer le chou-fleur, ôter les plus grosses feuilles extérieures mais en garder quelques-unes. Couper la base du chou-fleur bien droit afin qu’il puisse tenir debout.

Faire chauffer une grande casserole d’eau. Lorsqu’elle bout, y déposer le chou-fleur (il doit y rentrer quasiment en entier !), couvrir à moitié et laisser cuire environ 10 mn. Le chou-fleur doit être juste tendre.

Préchauffer le four à 200°C.

Sortir le chou-fleur de la casserole, bien l’égoutter et le sécher avec du papier absorbant.

Dans un bol, verser l’huile d’olive, sel&poivre. Mélanger.

Lorsque le chou-fleur est bien sec, le déposer dans un plat allant au four.

Avec un pinceau, le badigeonner d’huile.

Enfourner pour 30 mn. Il doit être bien doré et la lame d’un couteau doit pénétrer facilement.

Sortir le chou-fleur. Vous le servirez coupé en tranches.

Régalez-vous !

 

 choufleur entier rôti

 

 

 

Cuisiné en écoutant :

Ella Fitzgerald - Summertime

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 20:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 janvier 2017

Pound cake à la bergamote

C’est la saison des bergamotes ! Ces petits citrons avec leur drôle de chapeau chinois (du moins c’est ce à quoi leur extrémité me fait penser . . .). C’est la bergamote qui donne tout son parfum à votre Earl Grey préféré, c’est elle qui fait des Lemon Curd à se damner, bref, sa saison étant courte, il faut vite en profiter !

Pour cette recette, il vous faudra 1 à 2 citrons bergamotes. Choisissez-les bio et bien parfumés, le parfum de la bergamote est délicat mais doit être présent !

Le sirop, versé à la fin sur le gâteau, va y déposer une fine couche croustillante  . . . tout un programme !

Si vous avez raté la saison de la bergamote, vous pouvez, bien sûr, utiliser des citrons jaunes. Ce sera tout aussi bon !

 

 

poundcake bergamote1

poundcake bergamote 3

poundcake bergamote 2

 

 

Pound cake à la Bergamote

Pour un moule en silicone de 20 cm de diamètre

- 250 gr de farine T55 ou T65

- 1/2  sachet de levure

- 170 gr de beurre à température ambiante

- 230 gr de sucre blond

- 3 œufs

- 125 ml de lait

- le  zeste d’1 citron bergamote bio

- 1/2 cc d’huile essentielle de bergamote (facultatif)

- 1/2 cc de poudre de vanille

- 125 ml de jus de bergamote

 

Préchauffer le four à 160°C.

Dans un saladier, mélanger la farine, la levure et le sel. Réserver.

Dans le bol d’un robot, mixer le beurre jusqu’à ce qu’il soit mousseux. Ajouter, tout en mixant, 190 gr de sucre, graduellement et continuer à mixer jusqu’à ce que le mélange soit bien aéré et mousseux.

Ajouter les œufs, l’un après l’autre, en battant bien entre chaque.

Réduire la vitesse du robot et ajouter graduellement le mélange à base de farine ET le lait en intercalant les deux.

Enfin, ajouter le zeste (moins 2 cc), l’huile essentielle, la vanille.

Verser l’appareil dans le moule (si vous utilisez un moule en métal, il faudra le beurrer et le fariner avant d’y verser la pâte).

Enfourner pour environ 1h20mn. La lame d’un couteau plantée au cœur de gâteau doit ressortir sèche.

Sortir le gâteau du four et laisser tiédir 15 mn dans le moule.

Pendant ce temps, dans une casserole, faire bouillir le jus de la bergamote, les 2 cc de zeste restant et les 40 gr de sucre restant, en remuant jusqu’à ce que le sucre soit dissout.

Démouler le gâteau sur un plat de service. Verser le jus chaud sur le gâteau. Laisser refroidir et régalez-vous !

 

Cuisiné en écoutant :

Carly Simon - You're so vain

 

*

 

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 19:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


05 janvier 2017

Burn out culinaire et chou fleur rôti

Cela faisait quelques mois que le grand Lucculus (grand patron des cuisiniers selon Try this !) m’avait laissée tomber. Rien de grave mais plus aucune, mais alors aucune  envie de cuisiner.

Mon moteur, en cuisine, a toujours été la curiosité : essayer de nouvelles recettes, tester des modes de cuisson,  des ingrédients, trouver d’originales combinaisons culinaires… Et là, pschittt, plus de motivation. L’impression d’avoir fait le tour de tout ce qu’il était possible de tester.   

 Je ne feuilletais plus mes bouquins de cuisine, ni ne surfais sur l’internet culinaire. Une sorte de déprime culinaire en fait. J’ai bien tourné en rond pendant plusieurs semaines mois, ne préparant que des recettes basiques, sans créativité ni originalité. Puisque, pensais-je, j’avais fait le tour des possibilités culinaires, à quoi bon passer du temps à faire des plats recherchés. N’est-ce pas ?

Et puis trois choses m’ont secouée. Premièrement, fiston m’a avoué en avoir assez des pâtes, déjà assez particulier en soi puisque l’équilibre alimentaire dudit fiston, se compose à 80% de pâtes et de semoule. Mais sa réflexion m’a interpellée. Quelques temps après, le même fiston m’a offert un livre de cuisine, rempli de belles photos de légumes et autres, cuisinés sous vide. Là, ma curiosité a été titillée car je ne connaissais pas ce mode de cuisson. Ceci dit, il va me falloir un peu de temps pour bien comprendre comment cela fonctionne mais je m’accroche ! Et puis, en surfant sur FB, je suis tombée devant une photo de chou-fleur rôti au four. Je ne me souviens plus de la recette mais j’ai adoré la présentation de ce chou-fleur. Non pas en florettes comme d’habitude, mais en tranches. J’ai trouvé cela tellement plus joli !! Du coup, j’ai voulu le tester. J’ai essayé plusieurs associations de goûts et ma préférée est la combinaison moutarde/curcuma/coriandre.  C’est une recette hyper facile à faire, rapide et vraiment goûteuse. Recette simple mais qui a eu le mérite de me remettre aux fourneaux et surtout d’éveiller à nouveau mon envie de cuisiner.  A essayer donc !

 

 

 

chou fleur rôti 1

chou fleur rôti 2

chou fleur rôti 3

 

 

 

Chou-fleur rôti aux épices

Pour 3 à 4 personnes

- 1 beau chou-fleur

- 1 CS de graines de moutarde

- 1 cc de curcuma

- 1 petit bouquet de coriandre

- 2 à 3 CS huile d’olive

- sel & poivre

 

Préchauffer le four à 200°C.

Couper le chou-fleur en tranches de maximum 1 cm d’épaisseur.

Les déposer dans un plat allant au four.

Dans un bol, verser l’huile d’olive, ajouter le reste des ingrédients sauf la coriandre.

Répartir la sauce sur les tranches de chou-fleur en les enrobant délicatement.

Enfourner pour 40 mn. Tester la cuisson avec une lame de couteau : le chou doit être tendre et légèrement doré.

Sortir le plat et le parsemer des feuilles de coriandre ciselées.

Servir et se régaler !

 

 

Cuisiné en écoutant :

 

 *

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 22:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 octobre 2016

Chutney de figues

Mon voisin me fait confiance. Lorsqu’il part en vacances, il me laisse la clé de sa porte et la télécommande (que nous appelons zapette) de son alarme. Mon rôle se cantonnant à vérifier que son compteur ne disjoncte pas en cas d’orage violent.

Ce fut le cas samedi dernier. Voulant vérifier que tout allait bien chez lui (il est actuellement en Sicile), je me dirige vers l’endroit où je range ses clés : vide.  Ah, c’est surement Mr Try this qui les a déplacées (Ben oui, si problème, chercher l’homme . . .). Au bout de 30 minutes de recherches intensives dans la maison; je commençais à pester sérieusement contre Mr Try this (qui n’était pas, à ce moment-là, joignable).

C’est alors que je vis le coussin de l’une de mes chiennes (Bambou pour ne pas la nommer) bizarrement placé dans son panier. Je le soulève et que vois-je ? La zapette de mon voisin à moitié dévorée . . . Je tiens à préciser que Bambou a déjà englouti, cette semaine, une paire de chaussures neuves rangées dans le dressing et des fleurs séchées que je gardais dans un bocal ancien qui était fermé. Et maintenant, la zapette qui était, à l’origine,  placée dans une petite caisse sur la commode. Ça commençait à faire beaucoup pour une seule chienne ! J’ai toujours pensé que Bambou n’avait qu’un seul neurone. Là, je découvre qu’il a pour fonction principale de faire toutes les bêtises im-possibles et in-imaginables. Un genre de neurone mission impossible qui aurait la dégaine de Tom Cruise. Bien sûr, Bambou a eu droit à tous les noms d’oiseaux que je connaissais. Ce qui n’a pas eu l’air de la traumatiser outre mesure.

Donc, me voilà avec une zapette dévorée et peut-être, toutes les ratatouilles que mon voisin a préparées avec beaucoup d’amour, cet été, en train de décongeler doucement. Heureusement, je me suis souvenue, qu’il m’avait donné en 2008, un papier avec les coordonnées de l’agence de surveillance. J’ai pu les joindre. Ils ont été adorables, ils ont pu déconnecter l’alarme à distance pour que je puisse vérifier les congélateurs de mon voisin, remettre l’alarme ensuite et ils m’ont envoyé une nouvelle zapette toute neuve. Mon voisin rentre dimanche de ses vacances. Je vais avoir des petites choses à lui raconter . . .

Mais j’ai aussi une adorable voisine qui m’a donné un plein panier de figues d’automne. Des figues noires, petites mais délicieuses. J’en ai fait un chutney dont je vais réserver une partie pour le repas de Noël. Un petit délice inspiré d’une recette trouvée chez Chef Simon.

 

 

chutney figues1

 

 

 

 

chuyneu figues2

 

 

 

Chutney aux figues

Pour 2 bocaux

- 150 gr d’oignons rouges émincés

- 150 gr d’échalotes émincées

- 300 gr de figues coupées en gros morceaux

- 50 gr de raisins secs

- 50 gr de griottes séchées

- 10 cl de vinaigre de cidre

- 30 cl de vin blanc

- ½  cc de carry

- ½ cc cannelle

- 2 CS de miel

 

Dans une casserole, faire fondre le miel à feu doux. Lorsqu’il est bien chaud, y mettre les oignons et les échalotes à fondre.

Mettre ensuite les figues. Puis les liquides. Porter à ébullition.

Ajouter les raisins et les griottes. Puis les épices. Laisser compoter, couvert, pendant 30 minutes. Il ne doit plus y avoir de liquide, mais ne pas laisser le chutney sécher. La consistance doit être celle d’une compote.

Mettre en pots. Conserver au frais.

 

Cuisiné en écoutant :

Benjamin Biolay - Miss Miss

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 21:45 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

26 septembre 2016

Chermoula d'aubergines - Ottolenghi

Comment ça, c’est déjà l’automne ?

Mais je ne suis pas du tout d’accord moi ! L’été ne peut pas être passé si vite. Impossible. Ou alors, j’ai été  hypnotisée et mise dans un état second pendant deux mois. Ou kidnappée par des extras terrestres début juillet et, pfuitt, relâchée sur terre la semaine dernière. Je ne vois aucune autre explication. Et puis, j’ai un témoin : mon potager. Oui, mon potager qui produit vaillamment tous les légumes de l’été. Si ça n’est pas une preuve, ça !

D’ailleurs, j’ai plein d’aubergines à cuisiner. J’en ai rôti une partie pour la congélation, fait caviars, baba ghanoush . . . Et j’ai testé cette recette tirée du livre "Jérusalem" écrit par les chefs Ottolenghi &Tamimi. Un petit délice (comme toutes les recettes de ce livre !) parfait pour un déjeuner léger ou un dîner. Le boulghour cuisiné ainsi est délicieux. Il sera parfait pour accompagner des filets de poisson.

Recette légèrement modifiée : j’ai remplacé le confit par des zestes de citron et supprimé les raisins secs.

 

 

aubergine chermoula3

aubergines chermoula2

 

 

Chermoula d’aubergines avec boulghour et yaourt

Pour 4 personnes

- 2  aubergines moyennes

- 2 gousses d’ail, écrasées

- 2 cc de cumin moulu

- 1 cc de piment

- 2 cc de coriandre graines moulues

- 1 cc de paprika doux

- 2 CS de zestes de citron râpé

- 140 ml d’huile d’olive

- 150 gr de boulghour fin

- 10 gr de coriandre hachée

- 10 gr de menthe hachée

- 50 gr d’olives dénoyautées hachées

- 30 gr d’amandes effilées grillées

- 3 oignons de printemps hachés

- 1 1/2 CS de jus de citron

- 120 gr de yaourt grec

 

Préchauffer le four à 200°C.

Pour faire la chermoula : mettre dans un saladier, l’ail, le cumin, la coriandre, le piment, le paprika, le zeste de citron, 2/3 de l’huile (soit 93.33333 ml . . .aaah, ces chefs !!) et une pincée de sel. Bien mélanger. La chermoula doit être assez liquide pour bien pénétrer la chair des aubergines.

Couper les aubergines en 2 dans le sens de la longueur. Cisailler la chair en profondeur – sans abîmer la peau – en los      anges. Répartir la chermoula sur les 4 moitiés d’aubergines  en la faisant pénétrer dans les entailles. Déposer les moitiés d’aubergines, face coupée vers le haut, dans un plat à four et enfourner pour 40mn ou jusqu’à ce que la chair soit bien tendre.

Pendant ce temps, placer le boulghour dans un saladier et verser dessus 140 ml d’eau bouillante. Couvrir.

Après 10 mn, ajouter les herbes, les olives, les amandes, les oignons de printemps, le jus de citron, du sel. Mélanger. Rectifier l’assaisonnement si nécessaire.

Sortir les aubergines. Répartir dessus le boulghour. Ajouter le yaourt. Saupoudrer de coriandre et verser quelques gouttes d’huile d’olive.

Se déguste chaud ou à température ambiante.

Régalez-vous !

 

Cuisiné en écoutant :

Nostalgia 77 - Medecine Chest

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

Posté par Wenniroc à 21:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 juillet 2016

Glace au chocolat blanc et MMM n°49

Du velours ! C’est la première pensée que j’ai eu en goûtant cette glace. Une recette absolument décadente mais bon, la gourmandise n’est pas un péché, alors, pourquoi se priver !!

L’idée de mélanger crème anglaise et crème fraîche m’est venue en lisant le livre « The perfect scoop » de David Lebovitz. Ensuite, j’ai modifié les proportions pour que le chocolat blanc soit plus présent.

A la fin du turbinage, c’est une vraie glace italienne, moelleuse à souhait (photo 1). Si vous préférez les glaces plus fermes, placer le bac au congélateur pour quelques heures. Il faudra sortir la glace 20 à 30 mn avant sa dégustation. Tout dépendra de la température extérieure. Actuellement, avec nos 32°C quotidiens, 10 mn suffisent !

 

Nous sommes le premier lundi du mois et je reprends mes bonnes habitudes en participant au MMM n°49, toujours géré par Chris.

Une chanson de 1979, des Boomtown Rats, le groupe de Bob Geldof : I don't like mondays

Un air que nous avons tous entendu et chantonné. L’histoire de cette chanson est cependant plus sombre que la légèreté de sa ritournelle.  En 1979, à San Diego, une ado de 16 ans, Brenda Ann Spencer, fit feu sur une cour d’école se situant en face de chez elle. Elle tua 2 adultes et blessa 4 enfants et un policier. Brenda, arrêtée, n’eut aucun remord. L’explication qu’elle donna fut qu’elle n’aimait pas les lundis . . . Charmante enfant.

 

 

glace chocolat blanc

glace chocolat blanc 2

 

 

 

Glace au chocolat blanc

Pour 1 litre de glace

- 250 gr de chocolat blanc concassé en petits morceaux

- 40 cl de crème fraîche

- 4 jaunes d'oeuf

- 50 gr de sucre

- 200 gr (20 cl) de lait

- 1 pincée de sel

 

Réserver le chocolat au lait dans un grand saladier.

Dans le bol du Thermomix, mettre les jaunes, le sucre, le lait et la pincée de sel : 7 mn - 80°C - fonction inverse - vit 2.

Lorsque la crème anglaise est prête, la verser sur le chocolat en remuant pour bien faire fondre le chocolat.

Une fois le mélange homogène, incorporer la crème fraîche, toujours en mélangeant.

Mettre l'appareil au réfrigérateur. Lorsqu'il sera bien refroidi, turbiner selon les indications de votre machine à glace.

Régalez-vous !

 

 

Cuisiné en écoutant :

THE BOOMTOWN RATS 【I Don't Like Mondays】1979

 

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

Posté par Wenniroc à 23:41 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2016

Petits gratins à la groseille

On continue avec "l’exploitation" des groseilles du potager.

Un petit gratin savoureux à souhait qui associe l’acidité des groseilles et la douceur de l’amande avec beaucoup de bonheur. Bien que les groseilles fussent (ça, c’est mon correcteur orthographique qui me l’a indiqué !) bien mélangées à la pâte crue, lors de la cuisson, les fruits sont remontés et ont créé deux zones bien distinctes. Pas trop gênant finalement.

 

D'autres recettes de groseilles, testées et approuvées par les Try this ! :

- tarte sablée aux groseilles

- sorbet pêche groseille

- gelée de groseilles à l'extracteur de jus

- sirop de groseille

 

gratin groseille 1

 

 

 

gratin groseille 2

 

 

 

Petits gratins à la groseille

 Pour 6 ramequins

- 3 œufs

- 120 gr de crème liquide

- 60 gr d’amandes en poudre

- 30 gr de farine

- 110 gr de cassonade + 1 CS

- 200 gr de groseilles

 

Dans un saladier, fouetter ensemble les œufs et la crème. Tout en continuant de battre, ajouter la farine, la cassonade et les amandes en poudre

Incorporer délicatement les groseilles. Répartir la pâte dans les ramequins. Saupoudrer de cassonade.

Cuire environ 25 à 30 mn en four préchauffé à 180°C.

Le dessus des gratins doit être bien doré. Ils vont joliment gonfler durant la cuisson puis se creuser à la sortie du four.

Régalez-vous !

 

Cuisiné en écoutant :

Florence + The Machine - Dog Days Are Over

 

 

*

Textes et photos sont la propriété de Wenniroc. Aucune utilisation/reproduction n’est autorisée sans son accord.

 

 

Posté par Wenniroc à 22:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,